Texte à méditer :   Il reste toujours assez de force à chacun pour accomplir ce dont il est convaincu.   Goethe [1749-1832], in: Maximen und Reflexionen
Vous êtes ici :   Accueil » N°288 » Février 2024
    Imprimer la page...

N°288 - Février 2024

Le Carnaval.

Nous voici entrés dans la période des carnavals, mais d’où nous vient cette coutume ?
Fêté dans la région du Centre entre le dimanche du Carême et Pâques, les carnavals locaux se caractérisent par la présence d’un personnage, né entre 1830 et 1850, le « Gille ». Tirant son nom d’un personnage de la Commedia Dell’Arte, éternel rival d’Arlequin, le gille se caractérise par son caractère tendre, naïf, gourmand et querelleur. Les carnavals ne furent autorisés qu’après 1830, avec l’avènement de la Belgique, et se développèrent rapidement dans la région de Binche. Leur vocation n’était alors que le divertissement, c’était aussi une occasion unique pour les « jeunes » de faire des rencontres . . . . La première ville où apparaissent des gens déguisés en « Gilles » fut Binche. C’est elle qui va donner toutes ses lettres de noblesse à ce noble personnage carnavalesque. Elle lui offrira son costume richement décoré aux couleurs du nouveau pays. Pourquoi Binche ? Cette ville avait l’avantage d’être une ville de confection, capable de produire en quantité des costumes. Le jargon du costume de gille est impressionnant, le renon, l’apertintaille, le grelot, la pélerine . . . Ce costume n’a pas été créé en une seule étape. Il a connu une évolution constante pendant près de 70 ans. Ce n’est qu’après la 1re guerre mondiale que le costume actuel des gilles s’est généralisé. Ils ne sont cependant toujours pas tous parfaitement semblables. Les costumes de gilles sont en effet loués et se différencient les uns des autres par quelques différences permettant d’identifier le « louageur ». Ce sont des tailleurs essentiellement originaires et établis à Binche auprès desquels se louent costumes et chapeaux. C’est ce carnaval de Binche, d’authenticité, de plaisir, de folklore et d’émotion partagées que nous vidéastes pourrons découvrir ou redécouvrir pendant cette période.

Séance du mardi 6 février 2024.

Le président Dominique ouvre les débats à 14h30.
Présents : Jean-Pierre B., Claude, Dany, Francine, Christian, Lydie, Jean-Pierre (du son), Alain, Michel (du train), Michel (le grand), Noël, Philippe, Dominique, Jean, Guy, André T., André VD. et Yolande.
Excusés : les autres.

A pis beurre de tout iou.

Vous fêtez chaleureusement André T. pour le 10 de ce mois.
Et vous accueillez notre nouvelle membre Jeanine Bouffioux Qui vient pour la première fois prendre la température de nos réunions.

Communications de service : Le secrétaire André dévoile quelques aspects de l’excursion « L’art Nouveau à Bruxelles » projetée pour le mardi 28 mai, le prix en serait de 35.00€ pp. Vous recevrez prochainement le canevas de cette manifestation, que vous pouvez dès à présent noter dans vos agendas.

Le président propose de débuter les projections avec :

"La bataille de Wavre" - (16'00") - Film de Christian
Synopsis : reconstitution de la bataille de Wavre - 18 juin 1815.
Vos avis : Belles images bien cadrées, le respect des couleurs est bien rendu. Intéressant. Plusieurs commentaires déplorent l’absence d’explications, sur les uniformes, leur nationalité qui sont cependant bien présentés. Pas d’explications sur le déroulement de cette bataille de Wavre. Manque de gros plans. Le film est trouvé un peu long.

"Le saillant de Saint Mihiel" - (11'00") - Film de Guy
Synopsis : "Retour un siècle en arrière en Argonne sur le site de la bataille de Verdun".
Entendu dans la salle : Excellente présentation, on ressent l’atmosphère, le tragique des lieux et le sinistre de cet endroit historique, de mémoires. On reconnaît la difficulté de la réalisation qui est soutenue par un commentaire enregistré d’une seule traite. Musique et chants bien appropriés et nuancés suivant les plans.

"Les Demoiselles d'Ille-sur-Têt" - (4'50") - Film de Francine
Synopsis : Il y a Les Demoiselles d'Avignon, Les Demoiselles de Rochefort mais il y a aussi Les Demoiselles d'Ille-sur-Têt en France catalane non loin de Perpignan. Ce site comprend d'étonnantes structures naturelles, fruit d'un long et minutieux travail du temps.
Vous en dites : Belle réalisation bien réussie d’un endroit pratiquement inconnu du grand public, très belles images des cheminées de fée, mais aussi des panoramiques bien stables. Bon commentaire expliquant cette érosion naturelle. Musique bien choisie et bien équilibrée. Les plans de présentation, titre, passent un peu rapidement.

"Les jardins de Claude Monet à Giverny" - (4'56") - Film de Philippe
Synopsis : -
Vos commentaires : Bravo, belle réalisation, images bien nettes, plans bien présentés malgré une foule de visiteurs. Bonne musique bien choisie qui par moment est trop présente et surpasse la voix de la commentatrice, qui est, elle, bien nette. Certains plans manquent de stabilité, celle-ci peut être corrigée, avec Edius, sur les rushs et non sur les fichiers export, ou tout simplement sur la time line, réduire la vitesse du plan de 50%.

*** POZOBAR Les demoiselles du bar vous invitent à boire avec modération !****

Les projections reprennent avec :

"Mémoires d'Artois" - (9' 43') - Film de Lydie et Jean
Synopsis : En 1915, pour l'écrivain Henri Barbusse, les collines de l'Artois semblent une effrayante vallée de misère et pourtant si paisible aujourd'hui.
Entendu dans les rangs : Réalisation qui est de la même eau que le film de Guy. Largement commenté, ce film permet un débat étendu sur le sujet qui est Cette photo par Auteur inconnu est soumise à nécessaire pour entretenir le souvenir et fait réfléchir à la situation actuelle. Très belle réalisation, images bien cadrées, nettes et réalistes. Musique présente qui ne se remarque presque pas. Le film fait ressentir l’émotion.

" La symphonie du temps" - (9'30") - Film de Claude
Synopsis : une approche historique sur le phonographe.
Vos avis : Très belle réalisation qui a nécessité un sérieux travail de recherches. Les premiers plans de présentation sont bien appréciés. Images de qualités soutenues par un commentaire intéressant, qui dévoile l’histoire de cet appareil qui annonce la modernité

"Se dice con flora" - (4'0") - Film d'Alain
Synopsis : un film arrangement musical avec effet vidéo sur notre jardin à Calpé.
Vous en dites : Chanson filmée, qui en fait un interlude, décoré de transitions et d’effets qui imagent et surprennent au début, mais qui sont un peu trop présents lors du développement du film, bien que la musique soit rythmée avec les effets. Certains plans floraux sont légèrement flous, la macro ?

"Le Prince Carnaval dans les cantons de l'Est de la Belgique" - (10'28") - Film de Michel
Synopsis : Abdication et nomination d'un Prince Carnaval. En cette période de Carnaval, film tout-à-fait à propos …
Vous en dites : Un des premiers films de Michel, bien commenté par Maurice Minnet. De 8 heures de rushs, le montage fait bien ressentir cette émotion de carnaval. Belles images bien stables, colorimétrie uniforme malgré la diversité des plans. L’ambiance est bien reproduite, le film est bien apprécié.

Au fond qu’est-ce qu’un film ?
Bonne question ! Un document filmé, sans histoire, n’est pas un film mais un interlude. Histoire, dit le Larousse : « Relation des faits, des évènements passé concernant la vie de l’humanité, d’une société, d’une personne, etc. Cette histoire est souvent, dans nos films, exprimée par un commentaire, par la voix. Et l’homme parle parce qu’il pense . . . et il pense parce qu’il parle. Entre la parole et la pensée, bien malin qui décidera de l’ordre de préséance, c’est comme l’œuf et la poule. La parole est de la pensée changée en son. A peine est-elle émise qu’elle se détruit. Rien de plus fragile qu’une parole. Le progrès technique permet de la fixer, de l’enregistrer et de la reproduire. Mais il s’agit d’un expédient extérieur de la parole qui est passagère. Au point que la parole est presque aussi étrange que la pensée. La parole, elle, prend forme, elle est soumise à des règles, la phonologie, la linguistique, la grammaire, la syntaxe . . . Elle existe pour les oreilles qui la changent aussitôt à nouveau en pensée, elle laisse des traces manifeste dans l’esprit des autres et dans leur mémoire et, dès qu’elle a été émise, elle s’évanouit dans les airs à la façon d’une pensée. Et pourtant elle est propre à l’homme et elle fait sa puissance. Où va la pensée ? Où vont les paroles ? Les mots d’amour, les paroles inutiles et les mots historiques ? Nulle part. Ils sont un pur souvenir, ils sont une pure idée. Mais sans idée, sans histoire, sans parole, un document filmé reste un interlude !

Le président met fin aux débats à 17h30.

Réunion statutaire du 20 février 2024.

Dominique, le président ouvre la séance à 14h30.

Présents : Jean-Pierre B., Claude, Danielle, Francine et Maïa, Christian, Lydie, Alain, Michel (du train), Michel (le grand), Noël, Jean-François, Philipps, Dominique, Jean, Guy, André T., André VD., et Yolande.
Excusés : Tous les autres.

Nous accueillons la chaine régionale de télévision TV-COM, Madame Evy Farvacque va nous interviewer et Monsieur Patrick Lemmens va nous cadrer. Dominique, Guy et Michel passent devant le micro et commentent le RCCW, nos activités, nos buts et nos résultats. 0

A pis beurre de tout iou.

Dany, notre chaleureuse cantinière est fortement applaudie, pour le 22 de ce mois.

Communication de service. Concours One minute film. André rappelle que les cotations se feront de minimum 5 à 10. Les cotes de o à 4 ne seront pas prises en compte, l’auteur de film se cotera 5.

Concours One Minute – projection des films dans l'ordre du tirage au sort : Ordre Membre
Film 01 Michel du train La guêpe Prov Déf
02 Raoul Le Rubik's Cube
03 Christian L'aquagym pour tous
04 Francine Surprise !
05 Noël Le bonhomme de neige
06 André VD COVID, je t'attends !
07 Michel le grand Très petit Musée d'Art…
08 Alain Pavé non identifié
09 Dany Un peu de culture
10 Guy Ch… ou Ch…
11 Yolande Le geai et l'écureuil Bref synopsis : La guêpe, se fait prendre dans la toile Le Rubik’s, jeu intellectuel. L’aquagym, que d’eau. Surprise, le vice et versa. Le bonhomme . . . de neige. Covid. L’humour fait accepter beaucoup. Très petit musée, en effet. Pavé dépasse, se ramasse à la main. Culture, ou est Snoopy ? Entre chien et chat. Geai et écureuil, philosophie de jardin. 

***** POZOBAR *****

Proclamation du Palmarès du « One minute film 2024 »

1er COVID, je t’attends.
2e Le geais et l’écureuil.
3e Ch…ou Ch….
Vos commentaires : Comme dans les concours précédents, ce sont les fictions qui sont les mieux appréciées. « Le Covid » affiche un excellent humour décapant. Filmé avec le DJ. Images très stables pourtant prises en vélo. « Geais et écureuil » Belles images, bien nettes. Très bon commentaire, emploi des effets du logiciel de montage à bon escient ainsi que de la voix synthétique. « Chien et chat » Belles images de nos amis à quatre pattes, film très sympathique soutenu par une musique dynamique, les deux voix des commentaires sont enregistrées en une seule fois.

Et voici les films des membres

"Opprebais, une résurrection" (11'12") - Film de Claude et Jean
Synopsis : La partie du Brabant Wallon où se situe Opprebais se caractérise par ses immenses paysages presque plats, ses grands ciels changeants et surtout son patrimoine. Au centre du village, l'église St Aubin recèle un mobilier intéressant dont les habitants et la paroisse ont pris soin pendant des siècles.
Vous en dites : Super, très bon et beau film, intéressant. Mélange des plans de 4 caméscopes bien réussi. Réalisation en 4 volets, présentation, les travaux, la restauration, le développement et les tableaux. Belle réussite de ce site classé tout près de chez nous. Commentaire des interviews intéressants.

"Dernière randonnée" (9’00’’) Film de Guy.
Synopsis : Dans les Vosges en hiver.
Vos commentaires : Images très bien cadrées. Plans bien cadrés par la DJ3 de Gérardmer à Herbeumont, ambiance bien rendue d’images feutrées d’un hiver brumeux. Bon commentaire soutenu par une musique bien adaptée.

Communication de service. Veuillez noter svp que l’adresse mail de Lydie et Jean est modifiée. La nouvelle adresse est : Lydie Jean lydie.gras@hotmail.com plasj876@gmail.com
Merci d’en prendre note et d’oublier l’ancienne adresse.

Concevoir le titre.

Nous réalisateurs amateurs, surtout pour nos œuvres traditionnelles, nous élaborons souvent de très beaux titres à l'aide de notre logiciel de montage habituel ou d'After Effects

Mais les astuces, trucs ou effets, que nous utilisons sont parfois longs à réaliser, et requièrent des softs qu'on ne possède pas forcément. Ils nécessitent aussi, l'air de rien, une bonne connaissance technique. Enfin, de tels titres ne sont pas toujours perçus de manière identique : ils suscitent souvent l'admiration et le questionnement technique des adeptes des effets spéciaux, mais peuvent procurer une impression de pure esbroufe aux autres.

Dans ce numéro de votre magazine et les suivants nous vous proposerons des idées créatives qui requièrent moins un travail de technicien émérite qu'une réflexion autour des diverses formes de titres et des images qui collent le mieux au propos. Retarder le titre d'intro est une solution facile en apparence. Encore faut-il avoir la matière. L'idée consiste bêtement à ne pas commencer le début de votre film par un titre, réflexe classique. Rassurez-vous, on est tous passés par là ! Le titre peut débuter un peu plus tard après un temps variable, qui, toutefois, ne peut raisonnablement excéder quelques dizaines de secondes, voire une poignée de minutes. Les avantages sont au moins au nombre de trois. D'abord, c'est peu conventionnel. Ensuite, vous entrez tout de suite dans le vif du sujet. Enfin, cela crée un effet très en vogue, façon « série américaine ». Bien sûr, il ne suffit pas de placer le titre au huitième plan au lieu du premier pour réussir son coup ! Il faut que vous rendiez ce choix pertinent autrement que par une pure recherche formelle. La justification la plus évidente est de présenter un événement qui puisse être considéré comme séparé du reste du film et antérieur à la suite des événements. Il peut aussi s'agir d'un événement inattendu qui s'est produit juste avant qu’intervienne le sujet central de votre métrage. En introduction du film de votre dernier voyage, imaginons votre épouse, regardant d’un air dubitatif, la masse de vêtements à caser dans la valise ouverte et vide. Vous pouvez également, autre exemple, filmer à l’aéroport d’arrivée, le tourniquet de livraison des bagages avec les passagers nerveux et anxieux (on n’est jamais certain de retrouver son bagage) qui s’y pressent. (La suite au prochain numéro de votre magazine préféré) .

_________________________________________________


Date de création : 29/04/2024 @ 16:24
Catégorie : A propos de nous... - Macaméscopes
Page lue 138 fois